Swimming Pool de MARIE MADELEINE

Publié le par Patrice Vibert

 

Le groupe MARIE MADELEINE du label Ekler'O'Shock records a sorti en septembre 2011 son premier EP qui porte le nom de son titre phare « Swimming Pool ». En effet, parmi les six titres de l'EP, on peut trouver ce titre et trois versions remixées. Seuls deux autres titres s'échappent de ce noyau.Afin d'échapper à cette hégémonie, il est préférable de considérer deux parties bien différentes de l'EP. La première comporte donc les trois titres du groupe et la seconde les trois remixes.

eos032_frontcover_hidef.jpgPour « Swimming Pool », le groupe se trouve augmenté de la voix de Pauline Grethen. Et c'est ce duo qui se répond pendant toute la chanson qui confère tout son charme à ce titre. Le rythme électro-funk volontairement pesant sur la voix grave Jarco Weiss devient tout d'un coup légère par la voix féminine. Cette opposition, déjà présente dans les paroles racontant l'histoire d'une jeune fille et d'un homme mûr au bord d'une piscine, est transposée sur un mode ironique dans le clip réalisé par Emmanuelle qui accompagne le titre. Jarco Weiss devient le personnage d'un cliché de séduction raté au bord d'une piscine alors que la chanteuse, jouée par Marylou Burlion, en reste à une position de spectatrice. Renvoyant directement au film La Piscine, ce clip illustre parfaitement le nom du groupe, signifiant selon ses membres la dualité pute/sainte de toute femme.

La capacité de ce morceau à être remixé rélève toute sa richesse. Le premier mix signé du DJ New-Yorkais Jacques Renault ( DFA) lui donne un rythme beaucoup plus planant et alors que celui de Panteros666 (Club Cheval/Sound Pellegrino) en donne une version issue de la techno. Enfin le troisième, issu des mains de Anteros & Thanaton est à la fois le plus proche de la version originale, tout en lui enlevant sa dimension cold, et la plus dansante.

« Done & Over it », comme « Prisonner », revient à une seule voix masculine et l'inspiration cold du groupe y est beaucoup plus manifeste. Accompagnée d'une basse insistante ( « Done & Over it ») ou d'un rythme électro lancinant ( « Prisonner »), la voix de Jarco Weiss nous parle d'outre-tombe. Si la femme exprime la vie dans sa dualité, la voix de l'homme est celle d'un mort.

 

Traçant ainsi leur voie dans la « Dark Wave » ou « Disco Wave », les membres (Jarco Weiss, Herr2003 et Grégory Wagenheim) de MARIE MADELEINE en dignes héritiers de groupes comme New Order nous offrent donc un EP digne de la plus grande attention.

 

 


 

 

 

Commenter cet article