ICH BIN DOKTOR: Poppies

Publié le par Patrice Vibert

373523_169082769857267_660266514_n.jpgLançé sur sa folle trajectoire depuis trois ans, le groupe rouennais ICH BIN DOKTOR sort son second EP Poppies après Where is Britney sorti en 2009. ICH BIN DOKTOR est issu du mélange entre cinq personnalités fort disparates, Leona Rose et Steve Pradeaux, les deux guitaristes jouant une tonalité plutôt rock, Yann Hervieu, le bassiste, de formation classique mais qui donne aussi un air jazzy à certains morceaux du groupes, Alexis Dupuis, batteur et sauvagerie rythmique du groupe, et enfin Niko Pejic, dandy aux tenues aussi intrigantes que l'origine de son nom. Les six titres de cet album ont déjà été éprouvés sur les scènes par ce quintet mais résistent largement à une nouvelle écoute en CD.

« Courtney », première chanson d'amour de l'album (mais l'album ne tourne-t-il incessamment autour de ce thème ? ), présente un style groovy revenant régulièrement dans le reste des titres, par exemple dans la première partie de « I love you », comme si ces deux titres se répondaient.

IMG 9993sigEntretemps, « Nothing to lose » met en avant une guitare aux airs de ballade rock qu'on retrouve aussi dans certains titres du dernier album de Kim Novak, preuve que ces airs intemporels sont toujours aussi féconds.

Telle une comète, « Don't you leave » nous propose une brève traversée menée par une basse jazzy à souhait jusqu'à « Just Like a Pony », cinquième titre qui présente dans un rock'n roll endiablé toutes les facettes du groupe, avec une basse qui se remet à errer vers le jazz et une guitariste qui se perd à son tour dans le chant.

Enfin, le bonus de l'album, titre crée pour le court métrage éponyme « A Long Hard Grind » présente un rock des plus sensuels, et envoutant. La voix de Niko Pejic et son timbre si particulier semblent sortir d'une bande son en cavale des films de David Lynch.

 

Facebook de Ich Bin Doktor: link

Commenter cet article