IBRAHIM MAALOUF - Ma Révélation ! Sur scène tout simplement énorme .Redge

Publié le par Redge La Murmure * Le Blog des Murmurien(nes) *


Naissance 5 novembre 1980 Beyrouth,

Liban Pays d’origine France,

origine libanaise

 Activité principale Trompettiste Compositeur Arrangeur musical

 Genre musical Jazz Jazz-rock fusion Musique classique

 Années d'activité depuis 1997

 Labels Mis'Ter Productions

 

 Site officiel Ibrahim Maalouf

 

http://www.ibrahimmaalouf.com/

 

 Ibrahim Maalouf est un musicien (trompettiste et pianiste), compositeur, arrangeur et professeur de trompette franco-libanais.

Il est né le 5 décembre 1980 à Beyrouth (Liban).

 

Biographie Ibrahim Maalouf (arabe : ابراهيم معلوف) naît dans une famille d'intellectuels et d'artistes : fils du trompettiste Nassim Maalouf et de la pianiste Nada Maalouf, neveu de l'écrivain Amin Maalouf, petit-fils de Rushdi Maalouf, journaliste, poète et musicologue.

 Ibrahim Maalouf est le seul trompettiste au monde à jouer la musique arabe avec la « trompette à quarts de tons », inventée par son père dans les années 1960.

Ibrahim est également lauréat des plus grands concours de trompette classique au monde.

 En juillet 2010, il reçoit la Victoire de la révélation instrumentale de l'année (prix Frank Ténot)[1] aux Victoires du Jazz, à Juan-les-Pins.

 

Ses débuts Sa famille fuit le Liban en pleine guerre civile au Liban et Ibrahim Maalouf grandit en banlieue parisienne avec ses deux parents et sa sœur Layla de deux ans plus âgée que lui.

 Il y fait ses études jusqu'à l'âge de 17 ans et obtient un baccalauréat général scientifique spé-maths au lycée Geoffroy-Saint-Hilaire d'Étampes (Essonne).

 Ibrahim Maalouf débute l'étude de la trompette à l'âge de sept ans avec son père Nassim Maalouf, ancien élève de Maurice André au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris.

Son père lui enseigne ainsi la technique classique, le répertoire baroque, classique, moderne, contemporain et également la musique arabe classique et l'art de l'improvisation et des modes arabes.

 En effet, son père est l'inventeur de la trompette micro-tonale dite à quarts de tons qui permet de jouer les maqâms arabes à la trompette.

 Autre particularité, Ibrahim a commencé à jouer de la trompette piccolo très jeune. Dès l'âge de neuf ans, il accompagne son père en duo à travers l'Europe et le Moyen-Orient sur du répertoire baroque de Vivaldi, Purcell, Albinoni, etc... C’est ainsi qu'il découvre le public et que le public le découvre lentement.

À quinze ans, Ibrahim se fait remarquer par les professionnels, lorsqu'en concert avec orchestre de chambre, il interprète le 2e Concerto Brandebourgeois de Bach, considéré par de nombreux trompettistes comme étant l'œuvre la plus difficile dans le répertoire pour trompette classique[2].

Quelques années plus tard, Ibrahim rencontre Maurice André qui l'encourage à en faire son métier. Ibrahim décide alors d'abandonner ses études scientifiques, pour se consacrer définitivement à la musique. Parcours classique et récompenses Ibrahim Maalouf entre alors sur concours au CNR de Paris dans la classe de Gérard Boulanger pour une formation de deux ans, où il obtient le Premier prix.

 Puis il entre sur concours au CNSM de Paris dans la classe d'Antoine Curé pour une formation de trois ans, et y obtient le Premier prix.

 Pendant ces cinq années d'études, il se présente à de nombreux concours nationaux, européens et internationaux de trompette dans le but de découvrir le maximum de répertoires pour trompette et développer ainsi sa technique. Ainsi entre 1999 et 2003, il est lauréat de quinze concours à travers le monde parmi lesquels le 1er prix du concours International de trompette de Hongrie à Pilisvörösvár en 2001, le 1er prix du National Trumpet Competition (Washington DC) en 2001 et le 2e prix (ex aequo) au Concours International de la ville de Paris Maurice-André en 2003.

 La fondation Cziffra et la Fondation Européenne de la Culture Pro-Europa parrainée par le prince du Danemark l'aident également beaucoup à démarrer sa carrière classique internationale.

Depuis 2006, Ibrahim Maalouf est professeur de trompette au CNR d'Aubervilliers-La Courneuve. Il a succédé au pédagogue André Presles. Il est régulièrement invité pour donner des master classes et récitals en France et dans le monde, notamment aux États-Unis où il se lie avec l'Université d'État du Kansas.

 Il est également souvent invité pour représenter la France lors de la conférence d'ITG (International Trumpet Guild) qui réunit tous les ans les trompettistes du monde entier pour des concerts et master classes.

 Ibrahim Maalouf compose également pour différentes formations classiques. L'une de ses œuvres majeures pour trompette et orchestre a été spécialement créée et jouée au Printemps de Bourges et à la Cathédrale de Bruxelles.

 

Ses rencontres et collaborations Ibrahim Maalouf n'a jamais laissé de côté la trompette arabe. Si les concours lui prennent la majeure partie de son temps, il continue cependant à aborder la musique sous d'autres aspects notamment l'improvisation et la composition à travers la musique arabe et le jazz. Durant ses études au CNSM de Paris, Ibrahim va aussi souvent écouter les cours de jazz que les cours de trompette classique.

 Sa formation autodidacte en jazz a été principalement construite à partir d'expériences en big band et en groupes divers auxquels il participe.

Il joue ainsi assez régulièrement dans les clubs de jazz parisiens, mais change très souvent de formation à la recherche du son qui l'intéresse.

En 2000, il rencontre le producteur Marc-Antoine Moreau qui le présente au violoncelliste Vincent Ségal. C'est le début d'une longue série de rencontres. Amadou & Mariam, Matthieu Chedid, Lhasa de Sela, Angel Parra, Jeanne Cherhal, Arthur H, Marcel Khalifé...

 Ibrahim Maalouf se produit entre 2000 et 2007 avec de nombreux chanteurs et musiciens mondialement connus, et continue ainsi à découvrir le métier, tout en recherchant sa propre sonorité.

Sa dernière grande collaboration est celle avec son ami et chanteur français Vincent Delerm qui lui demande de l'accompagner sur sa tournée de l'album Les piqûres d’araignées, achevée en juin 2007.

 En novembre 2008, Ibrahim Maalouf participe à l'opéra Welcome to the Voice composé par Steve Nieve (claviériste d'Elvis Costello) et mis en scène par Muriel Teodori, au théâtre du Châtelet.

À cette occasion Ibrahim rencontrera sur scène entre autres, Elvis Costello, la soprano anglaise Sylvia Schwartz, et dans le rôle principal Sting qui lui demandera de jouer sur un des titres de son album If On a Winter's Night... sorti à la fin octobre 2009. Ibrahim Maalouf repart en tournée avec Vincent Delerm (janvier 2009) dans une formule réduite où il s'amuse à jouer du piano, du Wurlitzer, du vibraphone, du synthétiseur, de la batterie et de la trompette, le temps de terminer son deuxième album qui voit le jour à l'automne 2009.

Sa musique Ibrahim Maalouf compose depuis son plus jeune âge. Il présente ses compositions pour la première fois en 1999 seulement.

 Son premier groupe, "Farah", avait une couleur "jazz oriental" assez prononcée puisqu'il était accompagné d'un saxophone, un ney, une flûte traversière, un piano, une contrebasse, une guitare, un buzuq, et de percussions arabes.

Un enregistrement de concert de ce groupe a été diffusé sur des chaînes musicales entre 2004 et 2005. Le groupe fera des essais studios, mais il n'y aura pas d'album.

En 2004, sa rencontre avec Lhasa de Sela lui ouvre la porte du monde de l'Electro.

Ses collaborations avec des chanteurs de pop et de rock lui font découvrir d'autres couleurs que le jazz, que le classique ou la musique arabe.

 C'est peu à peu qu'Ibrahim redirige ses compositions vers un univers plus actuel.

 En 2006, après de nombreuses tentatives et essais musicaux il rencontre Alejandra Norambuena Skira (du Fonds d'action Sacem) qui le présente au producteur Jean-Louis Perrier.

Ce dernier l'aide à monter le groupe avec lequel il jouera en concert le 12 février 2006 au New Morning de Paris, concert qui l'installera définitivement sur la scène française de Jazz’Electro Oriental Rock.

Sa musique et sa façon de jouer la trompette est fortement inspirée de sa culture d'origine arabe, mais l'instrumentation autour de lui (basse, guitare électrique, batterie, percussions arabes et vibraphone) et les musiciens avec qui il se produit lui permettent de donner une couleur plus actuelle avec un peu rock, un peu électro et un peu Jazz-Funk. Ses concerts sont généralement construits autour de musiques entraînantes, donnant envie de danser. Mais il y a toujours une petite partie de ces concerts plus méditative, plus mystique, aux accents mélancoliques, qu'il aime appeler « prière collective universelle ».

 

http://www.ibrahimmaalouf.com/

Publié dans Coup de Coeur

Commenter cet article