Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Amara : album Va, Cours, Vole & Crève

Publié le par Redge La Murmure * Le Blog des Murmurien(nes) *

Amara : album  Va, Cours, Vole & Crève

Certainement un des plus beaux albums écoutés sur La Murmure. Gros coup de cœur La Murmure.
J'adore la voix, les textes, les arrangements. Les musiciens (ex Radiosofa) ont habillé subtilement le chant et cela donne un côté frais qui renforce la mélodie. Album très poétique. En boucle sur la platine.
Ce soir Samedi 24 octobre en concert au 106 à Rouen.
Redge

"Des rencontres, des visages, des navires qui coulent, des épiphanies de comptoir et des instants chavirés : de tout ça est né Amara, bien-nommé groupe mené par la verve à sang chaud du bordelais Akim Amara, ex-Crésus et peut-être dernier des songwriters habités de France. Après Murat et Dominique A, il faudra compter sur lui pour trouver de la prose avec des tripes dedans."

Titre: Va, Cours, Vole & Crève
Groupe/artiste: Amara
Sortie: 2014
Label: Autoproduction
Il est des œuvres qui ne vous laissent pas indifférent, qui vous laissent un goût bizarre dans la bouche. Cet album est de cet acabit. Diamant noir aux textes qui ne donnent place à aucune espérance, son titre est un coup de fusil dans les rêves de l'existence. Son dernier mot claque comme un tonnerre. Va. Cours. Vole. Et crève. Amara voit la vie en sombre, et à coup de mots ciselés et de poésies rageuses, il raconte les expériences amères, celles dont on ne se remet pas. C’est dans une élégante enveloppe atmosphérique que se nouent les deuils des rêves euphoriques, ceux qui nous poussent à courir, à espérer et qui finalement s’écroulent. Au fur et à mesure que l’on se laisse emporter dans ces paysages cabossés, on pense à Thiéfaine et Bashung, aussi à Pierre-Yves Theurillat, Murat ou même Nick Cave. Les mots d’Akim Amara sont lancés à nos oreilles comme autant de harpons, provoquant ainsi une émotion constante, une implication pour ceux qui sauront se laisser emporter dans les zones dangereuses de notre humanité. "Comment je traine" met en avant une voix grave sur fond de guitare atmosphérique avec une électro et des percussions minimalistes. On explore l’inconnu, on ne veut pas savoir, il existe des mystères, des doubles-faces, des wild side qu’il ne faut pas connaitre. "Le Silence" évoque le désespoir dans une musique western où il n’y a pas d’échappatoire. Chronique épique du néant. Va, cours, vole et crève. Son aspect cinématique renforce ces mots qui s’envolent comme la poussière du désert. "Le Vent Se Lève" rappelle Bashung dans cette histoire de retenue et d’immobilisme. On y va ? On n’y va pas ? Et puis quoi ? Qu’est-ce qui nous retient ? Nous ? Le destin ? Avec un travail atmosphérique magnifique aux guitares et de belles harmonies vocales, le titre envoûte.


"Comme La Pluie", engagé, sonne l’alarme de la bête immonde. Nous sommes tous de la même tribu, nous habitons tous ici. Le texte d’Amara résonne dans l’actualité, la pluie doit éteindre le brasier. La batterie et les percussions soulignent une guitare omniprésente qui pourrait cracher du feu. Cette sous-jacente violence, cette Histoire qui se répète, Amara la redoute et prévient. Les rythmes plus urbains de "La Colline" étonnent et viennent souligner le changement radical opéré par la guerre dans les paysages, dans les gens eux-mêmes. La violence humaine, la folie des grandeurs, une noirceur d’actualité… Enfin, "Le Corridor" raconte la mort d’un homme, sur musique cinématique, la batterie assenant le temps qui passe, inexorablement. Personne ne sait ce qu’il y a au bout de ce corridor. Mais l’espoir dans la mort est équivalent à celui dans la vie, incertain.

Amara tisse des chansons d’une lucide noirceur. Et pour cela, il s’est entouré des musiciens de feu Radiosofa (pour qui il avait écrit le titre "Les Portes") : Mathieu Pigné, à la batterie et aux percussions, également co réalisateur de l’album, Fabien Senay aux guitares et claviers, Matthieu Forest aux guitares, claviers et chœurs, et Ludwig Brosch à la basse et aux claviers. Toujours dans les bons coups, Antoine Gaillet (Radiosofa, Arman Méliès, Julien Doré et j’en passe) a mixé le EP. Tout ce petit monde a créé un album d’une belle envergure, qui laisse présager un avenir prometteur !

Les textes à la fois accessibles et poétiques d’Akim Amara, associés à une atmosphère rock cinématique, sont des tranches de vie dont la portée vise haut. Réussi et impression
nant. Bravo.

Fred Natuzzi

Partager cet article

Repost 0

For the Hackers au best-of tremplin rock de Dieppe

Publié le par Redge La Murmure * Le Blog des Murmurien(nes) *

Pour clotûrer la soirée, c'était le passage de For the Hackers. Les jeunes dieppois sont maintenant 5 sur scène, et malgré quelques problèmes techniques en début de concert, ils ont assuré avec énergie comme d'habitude, dévoilant au passage quelques nouvelles chansons prometteuses.

Voici 3 vidéos de ce beau live :

Le site officiel : http://www.forthehackers.com/

Partager cet article

Repost 0

Roswell-A au best-of Tremplin rock de Dieppe

Publié le par Redge La Murmure * Le Blog des Murmurien(nes) *

Dans la même soirée, Roswell-A (ex-Les petits fils de Jack) a enchaîné la suite de la soirée. Avec un style moins rock qu'avant, plutôt pop-électro avec quelques passages plus déchainés, le groupe a assuré un set aux mélodies et aux lumières soignées.

Voici 2 chansons pour vous faire une idée :

Pour mieux connaître le groupe et son nouveau style : https://www.facebook.com/roswell.a.music

Partager cet article

Repost 0

Ricky Dozen au best-of tremplin rock de Dieppe by Etienne

Publié le par Redge La Murmure * Le Blog des Murmurien(nes) *

Le conservatoire de Dieppe organisait samedi 10/10/15 un best-of des tremplins rock de ces dernières années, avec les anciens vainqueurs pour une soirée festive et sous le signe du rock !

Le 1er groupe a passer fut Ricky Dozen que je ne connaissais pas. Il s'agit là d'un groupe de Hard Rock dans un style classique, un peu à l'américaine, sur le modèle des années 70/80.

Le groupe a envoyé du bon heavy rock, des guitares en pagailles et un chanteur qui donne de sa personne. Une très bonne découverte, avec notamment une super reprise du Highway to hell mythique d'AC/DC.

Voici 3 chansons pour vous faire une idée :

Pour en savoir plus sur ce groupe : https://www.facebook.com/ricky.dozen1

Partager cet article

Repost 0

guLdeboA : LUXE, CALME & VOLUPTE Nouvel Album Sortie 3 Novembre 2015

Publié le par Redge La Murmure * Le Blog des Murmurien(nes) *

guLdeboA : LUXE, CALME & VOLUPTE Nouvel Album Sortie 3 Novembre 2015

guL est un artisan de la chanson française. décrété d’intérêt public par La Murmure.
Je me suis toujours demandé pourquoi guL n'est pas un grand nom de la chanson française ! Pour moi il l'est ! et j'ai autant de plaisir à l'écouter qu'Huber Felix par exemple mais pour vous ? Le MARDI 3 NOV. 2015 LUXE, CALME & VOLUPTE
au Trianon Transatlantique à Sotteville lès Rouen, une bonne occasion de venir soutenir cet artiste entier et incroyable.. Redge

LUXE, CALME & VOLUPTE
guLdeboA Novembre 2015
Produit par La Royale Zone.
13 chansons enregistrées et mixé au studio Accés Digital à Rouen
par François Casaÿs assisté d'Adrien Pinet.

guL : Paroles & musiques
Chant, guitare, charengo
André Pasquet : Batterie
James Treasure : Contrebasse
Olivier Hue : guitare

Crobars & calligraphie : Paatrice

" Pour faire simple j écris et compose des chansons

depuis des lustres. Je les chante avec ma bouche et m''accompagne des guitares, un poil du piano ainsi que d'autres animaux à cordes avec les mains,parfois les pieds pis tout, pis tout.

J' aime me donner en spectacle, faire se que j' entend et entendre ce que je fais.

Quand je suis tout seul ça s'appelle guL SoLO. Quand je joue en duo à deux avec le dextre Philippe Davenet au piano c'est guLduOboA et quand je suis en groupe avec André Pasquet, Olivier Hue et James Treasure, respectivement aux batterie, guitares et contrebasse; il faut alors dire guLdeboA.

D'ailleurs un album sort trés prochainement.

C'est a peu prés ça, aprés c'est comme on veut..."

guL

Partager cet article

Repost 0

NOUVEAU CLIP de JAHEN OARSMAN ! LA CLAQUE MUSICALE !

Publié le par Redge La Murmure * Le Blog des Murmurien(nes) *

NOUVEAU CLIP de JAHEN OARSMAN ! LA CLAQUE MUSICALE !

Nous vous invitons à découvrir et à diffuser « WATER LILY » le dernier né avec déjà plus de 3700 vues !
Un flirt irrésistible entre la beauté des images et la voix de Jahen Oarsman…à en tomber amoureux.
Evasion et sensualité garanties !
Il y a un an, la sortie de son premier EP « Time is a Catcher » a attiré plus de 450 personnes au club du Cargö à Caen.
C’est d’ailleurs le cinquième titre de cet EP, WATER LILY, dont le clip est sorti le 29 Septembre dernier que nous vous proposons de découvrir via le lien Youtube ci-dessous et le MP3 joint.
Son nouveau clip :
https://www.youtube.com/watch?v=lHaB5Lwkm4o


Repéré par l’Ampli Ouest France, voilà maintenant 2 ans et demi que Jahen Oarsman, soutenu par toutes les SMAC de Basse-Normandie et LE FAR, enchaine les dates (pas moins de 60 en 2015) et de belles rencontres lors de premières parties : MORIARTY (Le Normandy – St Lô), CHARLES PASI (Le BBC – Hérouville St Clair), DOTAN (La Boule Noire – Paris), CATS ON TREES (Le Circuit – Les Pieux). C’est sans compter les autres belles dates à venir avec notamment la première partie de YAEL NAIM le 06 Novembre (Le Cargo – Caen) et celle deSHAKE SHAKE GO le 1er Décembre (Théâtre de Coutances).

"Comparé à Sting, Ben Harper ou John Butler Trio, Jahen Oarsman est un auteur compositeur dont le «power folk» est à la croisée des chemins entre Indie et Pop. Doté d’une voix hors du commun il délivre un univers énergique et envoûtant teinté de Blues. Nourri par les artistes folk-rock des années 90, il s’inspire et crée des chansons aussi uniques qu’efficaces. »

L’année n’est pas terminée : en plus de belles dates à venir, l’artiste prépare actuellement un nouveau disque pour le printemps 2016 !

Et pour une rentrée en beauté, Jahen Oarsman fait parti des 12 demi-finalistes de l'Ampli Ouest France Musique, le seul du Calvados à être retenu!

La Bio de Jahen Oarsen, un artiste gros coup de cœur La Murmure

Partager cet article

Repost 0

Nouvel EP du projet Larmor Light "Odyssey of Dust"

Publié le par Redge La Murmure * Le Blog des Murmurien(nes) *

Nouvel EP du projet Larmor Light "Odyssey of Dust"

Le nouvel EP du projet Larmor Light est sorti, il s'intitule "Odyssey of Dust" et est disponible en écoute libre et gratuite sur la page Soundcloud du label indépendant Nek-Ros.


Dans quelques temps il sera distribué par la fédération de labels indépendants Cd1d.


"Odyssey of Dust" est le fruit d'une nouvelle collaboration, un duo avec Hélène Lesage (guitare, chant) qui a apporté une couleur nouvelle à cet univers.


Cette escapade acoustique permet de découvrir la facette plus Folk de Larmor Light, en attendant un premier album qui est déjà en cours d'écriture.

Partager cet article

Repost 0

Palikao : premier album studio " Prologue " , enregistré au studio Accès Digital par François Casays.

Publié le par Redge La Murmure * Le Blog des Murmurien(nes) *

Palikao : premier album studio " Prologue " , enregistré au studio Accès Digital par François Casays.

Palikao " Prologue " , enregistré au studio Accès Digital par François Casays.


…tout a commencé dans les rues rouennaises, avec son chanteur Alex, qui a ressenti un jour, une envie intense de s’exprimer et de partager ses textes.
Alex nous fait découvrir son monde et nous fait vibrer avec une voix puissante, éraillée et sensible à la fois.
Les musiciens qui l’accompagnent, Alain (basse et chœurs), Quincy (percussions), Romain (guitare soliste) et Thomas (batterie), rythment des mots et des compositions audacieuses, poétiques, qui nous rappellent à tous ces moments de vie, des plus joyeux aux plus difficiles. On se souvient, alors, de ces instants simples et agréables, parfois révoltants …mais toujours intenses…
Palikao bouscule et touche… que nous l’écoutions intimement au casque ou partagé lors des concerts. Concerts, durant lesquels, Alex et ses compagnons de route, revivent chaque titre sans ménagement et avec profonde générosité.

Hâte de vous chroniquer cet album.

Le titre Bateau Ivre est très beau.

Redge



Palikao : premier album studio " Prologue " , enregistré au studio Accès Digital par François Casays.

Palikao chez Radio Cristal avec "Vole!" en live..

le 1er clip extrait de l'album "prologue"

Partager cet article

Repost 0

Ladies’ Fingers Project

Publié le par Redge La Murmure * Le Blog des Murmurien(nes) *

Ladies’ Fingers Project

Le Ladies Fingers Project est un projet musical à l’initiative d’XTT Records

Ce collectif de musicien(nes) havrais est composé de Marie Ménage (basse), Alexis Séminel (guitare),Juliette Richards (chant), JeanJean Thieulen (batterie), Pinky Charles (chant), Adèle Gibeaux (guitare), Stef Touboulic (basse), Claire Hallot (chant) et Doris Le Mat-Thieulen (chant). Ces neuf là ont choisi de reprendre un répertoire qui rend hommage à des personnalités féminines connues ou beaucoup moins connues du rock : PJ Harvey, Janis Joplin, mais aussi des femmes issus du punk anglais des années 80 telles que Action Pact ou encore The Partisans ou du mouvement Riot grrrl façon Crunt ou L7.

Deux guitares, deux basses, 1 batterie et 4 chants, on vous prévient : ça déménage !
L’entrée des concerts est payante mais la recette permettra à des familles (sous condition
de ressources) de donner des cours de musique au CEM à des jeunes filles qui souhaiteraient
se lancer dans cette belle aventure qu’est le rock.

Cette initiative est tout simplement géniale. Redge

Pour avoir vue ce groupe sur scène, je suis plus que fan , ça déchire ! le choix des reprises et leurs interprétations sont sublimes et je n'ai qu'une hâte c'est déjà de les revoir sur scène et de les écouter sur une platine. Redge

Association XTT Records & Bang !
Cette association créée par les membres du groupe Dickybird, fondateur du disquaire indépendant Bang ! Met en place une structure de promotion discographique. Une équipe de professionnels spécialisés dans les relations presse et radio sur tout le territoire français, propose aux groupes de musiques actuelles allant du métal au post rock en passant par la pop, l'électro, le punk... des modules de promos adaptés à leurs budgets et leurs objectifs. Le but étant de bien ciblé les médias auxquels vous envoyer vos productions, en vue de chroniques, papiers... Bang ! offre ses murs aux artistes peintres, photographes, ou autres, afin d'exposer leurs oeuvres. De plus si vous êtes une association, avec des projets soirées, conférence, rencontre, n'hésitez pas à leur demander conseil, car Bang ! est un lieu d'échanges, de découverte ouvert à tous.
C/O : XTT Records - Bang ! - 25, rue d'Ingouville - 76600 Le Havre - 02 35 21 50 62 - xttrecords@wanadoo.fr - assobang@wanadoo.fr

XTT Records est une structure Havraise qui existe depuis 20 ans, créée par la famille Thieulen. " Nous organisons depuis toujours et de façon anarchique et indépendante, des événements musicaux, selon nos goûts, nos envies, nos coups de cœur. Jamais subventionnés, nous sommes cependant toujours en vie ! Doris " le même était d'esprit que La Murmure qui en profite pour les recommander chaudement . Redge

Partager cet article

Repost 0

Mouvement Visual Kei et X Japan / Chronique : Zénaïde Caffet

Publié le par Redge La Murmure * Le Blog des Murmurien(nes) *

Mouvement Visual Kei et X Japan / Chronique : Zénaïde Caffet

Le Mouvement Visual Kei

Pour la rubrique Hors les Murs, je reviens pour proposer désormais quelques chroniques au sujet d’un mouvement culturel qui nous vient du pays du Soleil Levant.

Il ne s’agit pas à proprement parler, de musique, néanmoins, certains musiciens sont et/ou se veulent emblématiques du genre.

Il s’agit de Visual Kei. Encore peu connu dans nos campagnes, quoique ce mouvement touche de plus en plus la jeunesse française, elle est principalement véhiculée par les adeptes de mangas. Pour moi, qui suis amateure de butô, cette danse macabre minimaliste issue du théâtre Nô et Kabuki et née au lendemain de l’explosion de la bombe atomique pour en exorciser les horreurs, le lien entre le VK et ces traditions japonaises est évident.

Comme son nom l’indique, l’axe majeur de ce mouvement consiste en la recherche d’une esthétique visuelle, à ne pas confondre toutefois avec le mouvement cosplay auquel on l’amalgame souvent.

Selon les codes du théâtre Kabuki, les hommes adoptent une apparence androgyne, vêtus dans les kimonos traditionnels de femmes. Né fin des années 80, cette tradition s’est peu à peu perdue, donnant à voir aujourd’hui des « visualeux », certes toujours androgynes, toujours arborant un style visuel éclatant, mais dont on distingue moins aisément aujourd’hui le lien avec les racines kabuki.

Le rapport avec la musique ? Un slogan figurant sur l’album Blue Blood du cultissime groupe X Japan : « Psychedelic violence crime of visual shock », slogan qui donna une nouvelle dynamique à ce mouvement nommé Visual Kei par la revue Shoxx, déjà nommé ainsi par le rédacteur en chef Seiichi Hoshiko pour désigner la vague d’artistes inspirés par les groupes gothiques et métal de l’époque.

Depuis, le mouvement a donné lieu à un déferlement d’artistes d’horizons musicaux bien différents, chacun des groupes visualeux passant aussi bien d’une chanson pop à un métal hardcore. Souvent aussi, de nombreux groupes donnent à voir un attachement certains à l’Histoire de France, plus particulièrement à la période Renaissance. De nombreuses années, le visual kei a été porté sur scène par des groupes de garçons androgynes vêtus de robes de princesse ou de l’habit traditionnel féminin japonais, les tendances vestimentaires commencent aujourd’hui à sortir des codes, tout en conservant cet impact visuel, et surtout, on commence à voir des groupes de filles à émerger de place en place.

Il semble qu’il n’y ait plus aujourd’hui de règles vraiment observées puisque tout style visuel et musical semble y être représenté, même si l’on constate une dominante métal. Néanmoins, on constate que de nombreux groupes n’ont fait que traverser cette « phase » comme une étape de leur évolution scénique.

Toutefois il convient de noter qu’il est sans doute indispensable de saisir les codes culturels de ce mouvement pour savoir l’apprécier, notamment une forme d’humour décalé et un côté un peu roman-photo à l’eau de rose, fréquent en Asie.

Un reproche récurrent fait aux visualeux réside dans le côté patchwork de leurs créations, faisant aisément cohabiter musique classique, pop, transe, gothique… et une fragilité de transition des mouvement, souvent brutales, mais qui contribue dans le même temps à un effet de surprise volontaire.

Nombre d’entre eux ont également réalisé la musique de mangas ou jeux-vidéos, d’autres donnent quelques émissions de télévision… mais l’importance visuelle se poursuit jusque dans les clips, où l’on voit une réelle recherche de l’esthétique visuelle, une sorte de contraste entre beauté et violence.

Et sur scène… ils nous projettent dans une autre histoire…

X-Japan

Le groupe culte de la scène musicale japonaise !

Après avoir expérimenté plusieurs groupes au collège, Toshi, chanteur qui se destinait à des études de médecine, et Yoshiki, auteur-compositeur-interprète, multi-instrumentiste, se retrouvent en 1982 autour du groupe X. La première démo, « I’ll kill you », 1985, se vend à un millier d’exemplaires. Yoshiki crée ensuite, aidé par sa mère, son propre label indépendant, « Extasy Record » et produit un nouveau titre, Orgasm.

Guitaristes et bassistes se succédent jusqu’en 1987, quand Pata et Hide rejoignent le groupe. La forme définitive se constitue donc de Yoshiki (batterie), Toshi (chant), hide, prononcer Hidé, de Hideto, sans majuscule, coiffeur diplomé émérite (guitare), Pata (guitare) et Taiji (basse).

Le groupe devient de plus en plus populaire et sort un album en 1988, "Vanishing Vision"

En 1989, c’est la consécration avec la sortie de Blue Blood par Sony avec 600 000 ventes, du jamais vu pour un groupe de ce type au Japon. C’est alors qu’X a lancé la dynamique Visual Kei lorsqu’il fait figurer sur cet album, son fameux slogan : « Psychedelic violence crime of visual shock », sans doute dans le ton des coiffures si réputées de hide et un style provocateur qui sera ensuite repris par les amateurs de VK. Le style musical, influencé par Kiss est de dominante métal mais très imprégné par la formation classique de Yoshiki, et ses ballades.

Le groupe travaille ensuite pour le projet Art of Life, mais celui-ci ne sera pas abouti en raison de l’état de santé de Yoshiki blessé sur scène lors de la promo de Blue Blood.

Jealousy sort en 1991, véritable succès.

Quelques dissensions, et Taiji éloigné des tendances musicales et vestimentaires du groupe, le quitte en 1992 et est remplacé par Heath. A la même période, ils signent chez Atlantic (MMG, Warner Music Japan). En effet, Yoshiki étant souffrant, il impacte la fréquence des enregistrements et Sony refuse de signer un nouveau contrat.

Après une tentative vaine pour gagner le public américain, le groupe opte pour le nom X-JAPAN, X étant déjà utilisé là-bas.

En 1993, le projet Art of Life voit enfin le jour et remporte le même succès que précédemment, même s’il est considéré peu convaincant et surtout très éloigné de la couleur habituelle du groupe, flirtant avec un rock progressif 70’s, un seul thème, une seule chanson de 30 mn, 4 ans de travail acharné.

hide, Pata, et Heath explorent de nouveaux horizons en solo. 1995, Warner Music Japan, impatiente car elle n’a rien produit depuis Jealousy, se concentre sur la vente de produits dérivés.

1996 enfin, Dahlia sort, une dimension musicale nouvelle, Yoshiki ne pouvant désormais plus s’adonner au speed métal, la douleur étant trop forte, il offre une musique davantage emprunte d’une couleur sentimentale. Tochi en 1997 dénonce ses divergences musicales - ou bien était-il manipulé par la secte qu’il a finalement rejointe avec son épouse-et quitte le groupe. Lors de The last Live, le concert d’adieu au Tokyo Dome, où ils joueront « the last Song » composée par Yoshiki, les membres restant annoncent la fin du groupe et une renaissance possible pour 2000.

Concernant Toshi, l’histoire semble corroborer une manipulation orchestrée par sa femme et son gourou pour le contraindre à rejoindre la secte. Frappé, manipulé, isolé, extorqué, Toshi tente de s’enfuir une première fois lors d’un enregistrement, la secte ne goute pas ses relations avec les membres d’X Japan. En 2009, il décide enfin définitivement de la quitter, craignant d’être tué ou revendu à la Mafia. En 2014, il révèle cette douloureuse expérience en publiant un livre.

Quelques mois après la séparation du groupe, survient le décès de hide, le 02 Mai 1998, alcoolisé puis retrouvé pendu à une serviette, suicide ou accident, ses proches, collègues, famille, amis indiquent qu’il se suspendait souvent à une serviette pour détendre ses muscles du cou et du dos endoloris par le port de ses guitares. Son décès a terriblement impacté les fans, une procession de 5 km pour venir saluer son corps, suicides par centaine, hospitalisations, certains allant jusqu’à se taillader les veines sur sa dépouille pour le rejoindre, au point que le temple ne sera plus accessible. Les membres du groupe saluèrent hide pour la dernière fois en interprétant le titre « Forever Love ».

Au passage du corbillard, la foule devenait hystérique. Plusieurs jours encore après la cérémonie les fans sombraient dans une sorte de folie au point que Yoshiki intervint pour leur demander de reprendre leurs esprits. Un musée fut construit à Yokosuka afin d’honorer sa mémoire, voyant se succéder des milliers de fans, puis fut fermé en 2005 pour raisons financières. Son frère organise toujours annuellement le « hide memmorial summit » pour saluer son souvenir. A l’occasion de cet évènement international des groupes japonais se donnent en concert, et accueille une grande quantité de fans, venant avec leur poupée à l’effigie de hide ou des guitares ressemblant aux siennes.

En 2007, X Japan renait, Toshi et Yoshiki travaillent de nouveau ensemble sur un titre de l’album solo de Yoshiki, puis réalisent un clip pour le titre IV, qui apparaît dans le film Saw IV. De nouveaux titres en projet, de nouveaux concerts programmés en 2008. Les guitaristes se succèdent pour remplacer Hide : Wes Borland ( Black Lights Burns), Richard Fortus (Guns’n Roses), Sugizo, mais l’esprit de Hide étant si prégnant, que tous trois se trouvèrent éclipsés du groupe : des vidéos de lui furent projetées, des pistes utilisées en fond sonore, des hologrammes du défunt…

2008, X Japan se destine à des tournées internationales, dont les U.S.A, la France, l’Asie, mais la santé fragile de Yoshiki cumule les reports de dates.

2009, Sugizo (Luna Sea) est définitivement assimilé membre de X Japan qui prépare un nouveau morceau, Jade. La santé de Yoshiki s’aggrave en raison de son intense jeu de batterie, et se trouve hospitalisé. 2010, Hollywood, quatre clips, et la France, enfin, pour la Japan Expo, en show case acoustique, après le report de plusieurs concerts en raison de la santé de Yoshiki, puis Los Angeles, Oakland, Seattle, Vancouver, Chicago, Toronto et New York la même année, enfin les retrouvailles avec Taiji qui joue auprès des autres membres au Yokohama Nissan Stadium.

2011, ils tournent en Europe, notamment au Zénith de Paris. La même année, Taiji, l’ancien bassiste, se suicide.

En 2014, ils créent un best of à l’occasion de leur 25° anniversaire : The World ~X Japan Hatsu no Zensekai Best~ et donnent un concert à New York.

Chronique : Zénaïde Caffet

Publié dans Chroniques, Hors les murs

Partager cet article

Repost 0