L'artiste normand Sheriff sort son clip "Nameless Lands"

Publié le par Redge La Murmure * Le Blog des Murmurien(nes) *

Raphaël Treiner, parisien qui s'est installé en Normandie il y a un an (dans un petit village entre Rouen et Forges les eaux).
La Normandie prend toute sa place dans ce projet puisque c'est là que s'est construit ce projet musical, là qu'à été enregistré l'EP, là où a été tourné le clip mais aussi là où auront lieu les premiers concerts.

Sheriff sortira son 1er EP Nameless Lands en octobre 2016. Le clip de Nameless Lands est sorti le 1er juin 2016.

Sheriff est un projet récent mais très professionnel, avec une réelle identité, tant musicale qu'esthétique.
A la base il s'agissait d'un projet solo de Raphaël Treiner (ancien chanteur d'opéra et musicien pour divers projets), mais est finalement devenu un projet collectif.

SORTIE DE L’EP NAMELESS LANDS OCTOBRE 2016

Depuis son moulin normand, SHERIFF produit un rock folk em­prunt de post rock. Ancien chanteur d’opéra, il livre un voyage ru­gueux et terrien dont la bande son est teintée de matière et d’émotions.

Teaser du clip NAMELESS LANDS – sortie le 1er juin 2016
Réalisé par OLIVIER TREINER (César du meilleur court métrage 2012)

MULTI INSTRUMENTISTE ET COMPOSITEUR, Raphaël évolue très tôt entre musiques classiques et actuelles. Après son prix de violoncelle, Raphaël se tourne vers le chant lyrique, à Paris puis à La Manhattan School of Music de New York et fait ses débuts sur la scène mythique de Carnegie Hall. A la guitare ou au violoncelle, il se produit sur de nombreuses scènes, de la Fête de l’Huma au Bus Palladium en passant par Solidays, avec plusieurs formations. Il signe la musique originale de pièces de théâtre et de danse jouées à Paris et en festivals. Passionné par le rapport entre musique et image, il compose et interprète la partition de plusieurs courts-métrages récompensés aux Césars et à l’internationale. En 2014 il co-signe avec Cherry la bande originale de To Whom It May Concern, long métrage produit aux Etats-Unis. De retour en France, Raphaël s’installe en 2015 dans les paysages embrumés de Normandie où il crée SHERIFF.

L’HISTOIRE DE SHERIFF commence à New York, où Raphaël Treiner alors
ténor lyrique nourrit son univers emprunt de mythes américains tandis qu’il chante
sur les scènes de Manhattan. Le retour en France marque l’envie de nouveaux horizons.
Il s’installe dans un vieux moulin normand. Il ressort son violoncelle et la guitare,
s’entoure d’instruments. Il écrit et compose. Pour l’image d’abord : l’opéra lui a soufflé
des liens entre drame et musique.
Puis pour la scène. Les compositions de Sheriff, nourries de BO de films, de postrock
et de folk, orchestrent les déambulations d’un personnage solitaire dans un
monde post apocalyptique. Cette apocalypse, c’est le choix du musicien d’un nouveau
départ. Perdu au milieu de la campagne, il s’inspire des grands espaces autour de lui
pour raconter des histoires. Sa musique est faite de matière et d’émotions.
Solitaire d’abord, il partage peu à peu son univers. Une tribu se constitue. Juriste de
formation, Thomas Alglave a lui aussi créé son apocalypse. Promis à un avenir tracé,
il effectue un virage serré et rachète une usine bicentenaire pour travailler la terre. Il
fabrique du carrelage et de l’enduit. La matière.
Ils construisent leur complicité, Thomas se charge de la batterie et des rythmiques.
Ils fabriquent des terres cuites à l’effigie de Sheriff. Ils se posent, écoutent, cherchent,
effacent, conservent. Ils travaillent les arrangements dans la vieille menuiserie de
l’usine et prennent le temps. Là, loin du studio capitonné, Sheriff trouve un son. L’un
vit dans un moulin, l’autre dans une briquèterie. Leur musique ressemble à leurs bâ-
timents de vieilles briques et de bois, où les reverbs longues sentent l’argile, la fonte
et le bois piqué. Ils y produisent toute leur musique, et y tournent leurs vidéos. Tout
se fait chez eux. Ils vivent dans leurs propres décors de cinéma.
Sheriff aime investir des lieux insolites et les faire sonner. Il est attiré par le vide et le
dépeuplé. Il se produit dans des grands espaces industriels et ruraux ainsi que dans
des lieux abandonnés.
Sheriff, plus qu’un projet musical est un alter ego, un miroir fidèle et créatif de ces
vies rurales. C’est aussi le choix de s’approprier un symbole, celui des héros de films
qui l’ont nourri et l’ont fait rêver. Car le Sheriff est le personnage romantique du ciné-
ma de genre, l’explorateur solitaire qui avance vers l’ouest, vers l’inconnu.

Commenter cet article